Nous n’irons plus au VeggieWorld

Les Carencés et les salons VeggieWorld, c’est terminé. Après 2 ans de présence et 17 épisodes enregistrés à Paris, Marseille et Lyon, nous avons pris la décision de ne plus nous rendre à ces évènements.

Pourquoi ?

Pour plusieurs raisons que nous détaillons ici :

1- La qualité audio est médiocre

Le bond en avant en qualité sonore et de montage, qui coïncide avec l’arrivée de Simon en début de saison 2, fait partie des priorités que nous avions établies. Or, les conditions d’enregistrement dans les salons VeggieWorld nous empêchent d’atteindre la qualité audio que nous visons. Même avec 12 filtres et réducteurs de bruit en post-prod, ces podcasts sont beaucoup moins agréables à écouter. Certes, sur place, nous faisions en sorte de proposer une forme et un contenu attractifs mais, et c’est le point 2, nous ne rencontrons pas notre public au VeggieWorld.

2- Des rendez-vous manqués

Le VeggieWorld, c’est à 75% (chiffre communiqué par l’organisatrice) un public ni vg ni vegan, qui vient découvrir des produits, écouter une conférence, se renseigner sur le véganisme ou l’antispécisme. Notre stand, au milieu de stands commerciaux, fait un peu extraterrestre, et les gens ne se rendent clairement pas dans ces salons pour écouter une émission de radio d’1h30 sur un sujet plutôt pointu ou politique. Dans les meilleurs moments, nous avons eu une vingtaine de personnes (dont toi qui lis là, oui merci), mais la plupart du temps nous enregistrons devant 5 à 10 personnes. Ce qui ne justifie pas, à notre sens, tout l’effort de préparation des émissions, le fait d’être en live, et (oui, le point 3 qui arrive) le coût financier pour chacun de nous.

3- Pas assez cher mon fils

Chaque VeggieWorld nous coûte environ 200€ chacun, pour faire des émissions médiocres en termes de qualité sonore, devant pas grand monde au final. Nous avions passé un accord avec l’organisatrice pour être défrayés (pour nos frais de trajet) sur les deux derniers salons. Mais les dépenses sur place, les Airbnb, nous font dépenser plus que ce que l’on peut investir chacun. Car il y a 5 salons par an.

4- La ligne éditoriale du salon ne nous correspond plus

Le VeggieWorld prend clairement une orientation healthy/lifestyle/cuisine qui ne nous intéresse pas. Nous avons du mal à trouver des invités pertinents pour notre ligne éditoriale dans la liste des exposants ou des conférenciers.

Par ailleurs, le salon s’est récemment affiché « 100% sans huile de palme » (quand bien même les marchandises y ont été amenées par des camions qui roulent au diesel, poste de consommation majeur d’huile de palme en France et en Europe), alors que nous avons justement fait une émission pointant du doigt les lacunes de ce raisonnement facile, et mettant en avant au contraire la complexité du problème.

Nous souhaitons parler des fondements de la cause animale et réfléchir avec pragmatisme sur les enjeux qu’elle soulève. Avec, certes, un petit Top Caravane, un Quizz, une chronique foodporn, GameSpectrum ou une minute de Mr Lagopède entre deux rubriques pour rendre ces émissions digestes. Mais clairement, parler de crusine et de sacs à main, pour caricaturer, c’est pas notre truc.

Pire, le salon invite des commerçants qui vont à l’encontre de l’état actuel des connaissances scientifiques. Et là, nous y sommes carrément opposés et ne souhaitons pas apparaître aux côtés de telles aberrations qui décrédibilisent notre discours et que nous nous efforçons de dénoncer par ailleurs. Exemple avec un exposant de Bordeaux : https://www.reikihomanimal.fr/

Mais alors, on ne verra plus Les Carencés ?

Justement, c’est aussi l’objet de ce billet : qu’allons-nous faire pour remplacer ces évènements ? Nous allons créer les nôtres !

Nous aimons enregistrer en public, recevoir des invités et parler dans un environnement convivial et propice aux nombreux débats qui parcourent la cause animale. Ce n’est pas possible dans le contexte VeggieWorld. Notre idée est de créer des événements articulés autour de nos podcasts, et qui réunissent plusieurs aspects : enregistrer dans de bonnes conditions ; créer une atmosphère conviviale (comprendre : pouvoir boire et manger après les enregistrements) ; continuer d’avoir des invités et réfléchir ensemble, pendant les podcasts, mais aussi lors d’échanges après et organiser des tables rondes, projections, etc.

Exemple :

Nous projetons d’enregistrer cet été notre premier “live Carencés” (nom à trouver) en direct du refuge de l’Asso Altervita, en Ardèche. Nous souhaitons parler des problématiques autour des refuges, et l’atmosphère y sera propice puisque des chantiers participatifs de construction draineront plusieurs personnes d’horizons très différents, qui pourront certainement alimenter les débats. Il y aura donc des interviews, du fond avec la politique des refuges et sanctuaires, l’aspect légal etc., mais aussi un concert pour clôturer. Il est également possible que le refuge fasse des portes ouvertes et que nous puissions faire des “micro-trottoirs”.

What’s your opinion ?

Rien n’est encore défini, et on a besoin de vos avis et suggestions : idées de lieux, thèmes, intervenants, artistes, améliorations, tout ce qui vous intéresse !

Merci aux organisateurs du VeggieWorld de nous avoir accueillis pendant ces deux années dans d’aussi bonnes conditions (juste pas adaptées à notre activité), et merci à vous qui êtes venus nous voir et échanger avec nous, lors des open mics comme en off. Ces rencontres nous sont précieuses, c’est pourquoi nous ne comptons pas y mettre fin.

Articles récents
Voir les 5 commentaires
  • Michel Tiny Desmet
    Répondre

    Dessus que le VW prenne se tournant mais très heureux de votre choix de faire des événement a vous ! J’espère pouvoir y être !

  • Sergio M. Garcia
    Répondre

    Dommage!! Je pensais aller vous rendre une visite à Bordeaux!! Mais je comprends les motifs de votre non venue. J’espère qu’on pourra vous voir dans le sud bientôt quand même!! Merci pour les podcasts… j’ai découvert récemment et j’ai tout dévoré en 2-3 semaines.

  • MipandaMilemurien
    Répondre

    Heureux d’entendre ça… Vraiment. Tout ce microcosme vire à l’Egologie et cela devient désespérant. Nous devons être focus et ne pas nous laisser distraire. Pour le Reïki parfaitement d’accord, je vais me faire un plaisir de montrer cela a ma compagne qui justement le pratique… Franchement autant pissé dans un violon 😉

  • Maud Martin
    Répondre

    Yeah les gens du podcast de dedans les oreilles ! Possible qu’on se croise chez Altervita en aout, j’ai rempli leur formulaire de participation, j’ai des dates MEGA flexibles. Bises

  • Mailyslenaic
    Répondre

    Hey ! J’aurais bien aimé vous croiser au veggie world l’année prochaine, mais vous avez raison la qualité était vraiment un cran en dessous ! En tout cas bravo pour vos remises en questions, vos avancés et le nouveau virage que prend le podcast ! Ça m’a vraiment permis de me remettre en question et de confirmer pas mal de mes interrogations sur le militantisme. En plus en ce moment je voyage et ça me permet aussi de voir le véganisme sous un autre angle. Ici (en Malaisie) ça n’existe pas ou alors encore moins qu’en France ! La priorité est vraiment ailleur et le terme de spécisme n’est vraiment pas adapté.. Bref, j’espère vous écouter bientôt 😁😁 bisous bédouzés

Laisse-nous un commentaire !

episode 26 links the sun jihem doe la quête de la vertu